ACS FINANCES Meylan & Tain l'Hermitage

ACS FINANCES vous propose un conseil personnalisé délivré par des conseillers en gestion du patrimoine, spécialisés et passionnés par leur métier, expérimentés, stables et disponibles pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets.

Conseils et suivi

Créé en 2005, ACS FINANCES met tout en œuvre pour vous apporter un conseil professionnel sur mesure. 

 

En savoir plus ...

Assurance vie

ACS FINANCES  vous propose un accès aux meilleurs contrats disponibles auprès d'un large choix de compagnies d'assurances.

En savoir plus ...

Valeurs Mobilieres

ACS FINANCES vous permet de bénéficier de l'accès à l'ensemble des valeurs mobilières sans frais supplémentaire.

En savoir plus ...

Defiscalisation

ACS FINANCES réalise l'analyse de votre situation fiscale et recherche une solution sur mesure. 

En savoir plus ...

Immobilier

Vous souhaitez investir dans l'immobilier, acquérir un bien neuf ou ancien ? ACS FINANCES vous accompagne dans votre recherche, et vous garantit un conseil professionnel.

En savoir plus ...

Financement

ACS FINANCES recherche le financement de votre investissement et vous accompagne à chaque étape de votre projet. 

En savoir plus ...

SEMAINE 2


ACTIONS EUROPÉENNES

L’année débute globalement avec le même vent d’optimisme qui conduit les marchés à se projeter sur les perspectives de reprise économique en lien avec les campagnes de vaccination qui s’accélèrent un peu partout dans le monde.  

Les investisseurs ont également salué l’officialisation de la nouvelle administration Biden avec un Congrès penchant du côté démocrate malgré les troubles contestataires survenus à Washington, ainsi que de bonnes statistiques économiques américaines. Cela s’est traduit notamment par une envolée des taux souverains américains à 10 ans et dans une moindre mesure européens.

La confirmation de l’optimisme des laboratoires quant à la capacité des vaccins à endiguer l’épidémie et à protéger contre les mutations du virus devrait constituer le prochain catalyseur, alors que le Royaume-Uni a durci son confinement, ou que l'Allemagne a prolongé ses restrictions. En zone euro, l’activité globale s’est contractée pour le 2ème mois consécutive, avec des PMI composite finaux de décembre revus en baisse, à nouveau impactés par la composante services qui subit les mesures de confinement. L'Italie et l'Espagne en revanche voient une progression dans ce secteur. L’Irlande tire profit de sa production grâce aux stockages exceptionnels en amont du Brexit.

En Allemagne, l'activité bénéficie aussi d'une dynamique du secteur manufacturier et de la hausse des exportations. Mais les autorités ont décidé le durcissement et la prolongation du confinement jusqu’au 31 janvier au moins. Pour autant, les ventes au détail en volume ont progressé, et les ventes en ligne ont même bondi de 31,8% en volume sur un an. Certains secteurs cycliques ont été favorisés, à l’image de la construction ou des ressources de base, qui ont profité des perspectives de relance budgétaire renforcées aux Etats-Unis a priori. Saint-Gobain a d’ailleurs fait état de volumes robustes au T4 et d’un mix de prix positif. Le secteur pétrolier, soutenu par les déclarations de l’OPEP+, a également été porté, de même que le secteur bancaire qui profite de la hausse des taux. Notons toutefois que le secteur automobile fait exception, pénalisé par les propos prudents du dirigeant de Volkswagen quant à la capacité de résistance des constructeurs européens face à la concurrence de nouveaux acteurs, à l’instar de Tesla. Le secteur subit sans doute également des prises de profits après sa surperformance récente depuis l’annonce des avancées sur les vaccins et après la validation de la fusion PSA-FIAT FCA.


ACTIONS AMÉRICAINES

Les indices américains ont clôturé l’année 2020, l'une des plus volatiles pour le marché boursier depuis des décennies, sur des niveaux records avec de très bonnes performances : +16% pour le S&P 500, +43% pour le Nasdaq et +7% pour le Dow Jones. 2021 a commencé par une nouvelle vague de rotation vers la value et les cycliques, mouvement renforcé par les dernières élections politiques. En effet, Joe Biden a vu son élection à la présidence certifiée par le Congrès américain, malgré une tentative des partisans de Donald Trump de perturber le processus démocratique. Les deux sièges de sénateurs qui restaient à attribuer sont  démocrates ce qui offre au président américain une majorité à la Chambre des Représentants et au Sénat (avec le vote de Kamala Harris en cas d’égalité). Ce résultat électoral ouvre la perspective d‘une phase d’expansion budgétaire ciblant les ménages et l’investissement public notamment.

La réforme fiscale attendue portant sur les entreprises et les ménages les plus riches devrait être repoussée tant que la crise sanitaire persiste. Un tel schéma favorable à la croissance et donc générateur d’inflation aux Etats-Unis impliquerait une potentielle révision haussière et progressive des cibles de taux souverains ainsi qu'une révision anticipée par la Fed de sa politique monétaire accommodante.  

Aux Etats-Unis, le rapport ADP indique pour la première fois depuis avril des destructions d’emplois dans le secteur privé qui restent concentrées dans les très grandes entreprises. D'autre part, l’ISM manufacturier surprend très positivement pour décembre, toutes ses composantes étant en amélioration, sauf la composante des délais de livraison, corroborant les difficultés causées par les mesures sanitaires. Les données économiques sont toujours positives avec des chiffres de l'emploi corrects avec 5.07 millions de demandes d'allocations (contre un consensus à 5.2 millions), des chiffres du commerce en hausse (export +1.2%/import +2.9%), un PMI non manufacturier à 57.2. Le contrôle du Sénat par les Démocrates pourrait pénaliser le secteur bancaire et celui de l’énergie. Mais l’avance démocrate étant tellement mince, on ne peut s’attendre à des mesures majeures, que ce soit sur le plan de la fiscalité ou de la régulation.

Sur le front de la crise sanitaire, les Etats-Unis font toujours face à une montée inquiétante du nombre de nouveaux cas par jour (à plus de 300.000). Le dernier compte-rendu de la Fed à l'issue de la réunion de décembre montre qu'il n'y a pas de surprise - les achats d'actifs mensuels vont se poursuivre. Le taux à 10 ans a grimpé à 1.03% et les prévisions anticipent une remontée des taux. On a pu observer au cours de la semaine une flambée du cours du pétrole, le WTI grimpant de 5% en une journée après la surprenante annonce de l'Arabie Saoudite de baisser unilatéralement sa production d'un million de barils/jour. L’année 2020 a été une année record pour les introductions en Bourse : 167,2 milliards de dollars levés grâce à 454 offres sur les Bourses américaines l’an passé. Tesla, qui a été ajouté à l'indice S&P 500 en décembre, a été le plus grand gagnant de l’indice en 2020, avec une hausse de 743%. Etsy a suivi le mouvement, avec une hausse de 302%. Les plus fortes baisses ont été enregistrées par des géants de l'énergie, des compagnies aériennes et des organisateurs de croisières.


ACTIONS JAPONAISES

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a déclaré l’état d’urgence dans la région du grand Tokyo après qu’un nombre record de cas de Covid-19 a été enregistré dans la capitale et l’ensemble du pays (2 447 nouveaux cas ont été recensés à Tokyo le jeudi 7 janvier). Néanmoins, le marché actions japonais s’est envolé ce jour-là, à la faveur des attentes croissantes à l’égard d’une reprise économique aux États-Unis. L’indice TOPIX a progressé de 1,20% durant la première semaine de 2021. De manière générale, les valeurs Value ont surperformé celles de croissance, tandis que les secteurs cycliques sensibles à la conjoncture économique, tels que les contrats à terme sur titres, le fer et l’acier, l’industrie minière, les produits du pétrole et du charbon ainsi que le transport maritime, se sont inscrits en hausse, et ce, malgré l’épidémie de Covid-19. À l’inverse, les transports aérien et terrestre ainsi que les produits alimentaires et les boissons ont pâti des mesures restrictives imposées par le gouvernement. On a observé une bipolarisation des performances d’investissement entre les secteurs ayant progressé et ceux ayant reculé.

En ce qui concerne les perspectives du marché pour 2021, l’objectif du Japon d’atteindre la neutralité carbone et la promotion des critères ESG pourraient constituer des thèmes d’investissement importants à l’avenir. Depuis que le Premier ministre Yoshihide Suga a annoncé que son pays s’engageait à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, sa politique et ses idées — il considère en effet ce défi comme faisant partie intégrante des « stratégies de croissance » du Japon — bénéficient du soutien de divers secteurs privés. Par ailleurs, ce sujet gagne rapidement du terrain sur la scène médiatique. Fin décembre, le gouvernement a dévoilé une « stratégie de croissance verte » dont l’objectif est d’obtenir une croissance économique tout en protégeant l’environnement. 14 domaines clés ont ainsi été identifiés, parmi lesquels les énergies renouvelables, les véhicules électriques et les batteries de stockage, l’hydrogène et les logements à basse consommation. Ces domaines offrent de nombreuses opportunités d’investissement.


MARCHES ÉMERGENTS

L’année 2020 s’est terminée par une nouvelle semaine d’entrée de capitaux sur les marchés émergents. En cumulé, ceux-ci se sont établis à 6,2 milliards de dollars durant l’année, marquant ainsi un rebond prononcé par rapport au creux affiché fin août (-47,6 milliards de dollars). L’indice MSCI Emerging Markets a enregistré une solide performance en ce début d’année 2021, s’inscrivant en hausse de 2,40% durant la semaine (cours de jeudi à la clôture).

Taïwan et la Corée du Sud ont surperformé les autres régions et ont progressé de 6,73% et 5,04% respectivement. En Chine, l’indice PMI officiel se maintient en territoire expansionniste, malgré un recul à 51,9 en décembre. Le PMI manufacturier Caixin s’est quant à lui établi à un niveau de 53 en décembre, en deçà des estimations de 54,7. La Conférence centrale sur le travail économique qui se tient chaque année a permis d’identifier huit missions essentielles qui seront prioritaires en 2021, alors que la Chine lèvera l’ensemble des restrictions à l’encontre des investissements étrangers dans les secteurs du charbon, du pétrole, du gaz, de la production d’électricité et des nouvelles énergies.

La Chine a signé l’accord global sur les investissements (AGI) avec l’Union européenne avant la fin de l’année, témoignant ainsi de sa ferme intention de renforcer la coopération économique multilatérale avec d’autres pays de la région Asie-Pacifique. Les autorités de réglementation chinoises ont imposé un plafond sur les emprunts accordés par les banques dans le secteur immobilier. Ant Group (Alibaba) a été contraint d’entamer un plan de restructuration après qu’une enquête officielle a été ouverte. Alibaba a également augmenté le montant de son programme de rachats d’actions, de 6 milliards à 10 milliards de dollars. Tesla a abaissé de 30% le prix de certains de ses modèles fabriqués en Chine (Model 3 et Model Y), car le pays réduira ses subventions pour les véhicules électriques de 20% en 2021.

En Corée du Sud, les exportations se sont inscrites en hausse à 12,6%, à la faveur notamment des exportations des sociétés technologiques. LG Electronics prévoit de procéder à la scission d’une partie de son activité axée sur les composants pour véhicules électriques afin de former une nouvelle joint-venture avec la société canadienne Magna. Les prix contractuels des mémoires DRAM se sont stabilisés en décembre, plus tôt que les prévisions du marché, ce dont ont tiré parti Samsung et Hynix. Hyundai a confirmé avoir entamé des discussions avec Apple en vue de développer des véhicules autonomes.

À Taïwan, selon certaines informations, Apple monopoliserait déjà la capacité initiale de production de TSMC pour les puces de 3 nm, tandis qu’AMD prévoirait d’augmenter son nombre de commandes de plus de 80% sur un an en 2021 afin de devenir le principal client de TSMC pour les puces de 7 nm.

Au Brésil, 415 000 emplois ont été créés en novembre dans le secteur formel, alors que les analystes tablaient sur 278 000 nouveaux postes. Le PMI manufacturier a reculé à 61,5 en décembre. La Chambre des députés a approuvé un projet de loi visant à réorganiser le marché des changes du pays et à renforcer la position du réal brésilien à l’étranger.

Loi de finances

 

Le prélèvement à la source est entré en vigueur le 2 janvier 2019 pour 20 millions de contribuables. Avec dès le 15 janvier :

-        Le prélèvement des acomptes pour 5 millions de foyers fiscaux déclarant des revenus non-salariés (BIC, BNC, BA...) et sur tous les autres revenus sans tiers collecteurs : revenus fonciers, pensions alimentaires, rentes viagères ou encore revenus de source étrangère (domiciliation en France ou non), rémunérations des gérants...

-        Le versement, à 8,8 millions de foyers, d'une avance de 60 % sur les réductions et crédit d'impôt (au titre des dons, de l'emploi d’un salarié à domicile, des frais de garde d'enfants, des frais d’hébergement en Ehpad, des dépenses d’investissement locatif Duflot, Pinel, Scellier, DOM, Censi-Bouvard et des cotisations syndicales) dont ils ont bénéficié.

Chaque contribuable peut d'ores et déjà "gérer" son prélèvement à la source via son espace particulier et ainsi opter (ou renoncer) à l'application d'un taux individualisé ou neutre et consulter le montant des acomptes et retenues prélevés.

 

Loi d'urgence économiques et sociales (ou en faveur du pouvoir d'achat) comporte :

Prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, les employeurs peuvent verser une prime dans la limite de 1 000 € par salarié dont la rémunération n'excède pas 3 SMIC annuels,

 

Revenus mobiliers et plus-values mobilières

Les revenus de capitaux mobiliers perçus et les gains imposables dans la catégorie des plus-values de cessions valeurs mobilières réalisés depuis le 1er janvier 2018 ne sont plus soumis de plein droit au barème progressif de l'IR mais au prélèvement forfaitaire unique (imposition au taux forfaitaire de 12,8 % et prélèvement sociaux de 17,2 %, soit un taux global de 30 %), sauf option pour le barème de l'IR (option globale pour les plus-values et revenus de capitaux mobiliers).

Ce système forfaitaire d'imposition à taux de 30% comporte néanmoins un certain nombre d'inconvénients (non déductibilité de la CSG, non prise en compte des abattements d'assiette comme par exemple celui de 40 % sur les dividendes, ou les abattements pour durée de détention pour les plus-values).

 

Extension de la réduction d'impôt Pinel

Les investissements réalisés depuis le 1er janvier 2018 dans les communes dont le territoire est couvert par un contrat de redynamisation de site de défense (CRSD) sont éligibles au dispositif Pinel. La loi de finances étend ce dispositif aux communes qui ne sont plus sous CRSD, mais qui l'ont été à un moment quelconque au cours des 8 années précédant l'investissement.

 

Dispositif Denormandie - Rénovation en centre-ville

D’autre part, la réduction d’impôt est aménagée afin d’inciter les investissements dans les centres-villes. Un nouveau volet, soumis au respect des conditions classiques du dispositif, sans considération du zonage A à C, est ainsi mis en place pour les logements situés dans le centre des communes dont le besoin de réhabilitation de l’habitat en centre-ville est particulièrement marqué ou dans des communes signataires d’une convention d’opération de revitalisation rurale de territoire.

Seront éligibles au dispositif, les acquisitions, réalisées entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2021 :

-        de logements faisant ou ayant fait l’objet de travaux de rénovation ;

-     de locaux affectés à un usage autre que l’habitation faisant ou ayant fait l’objet de travaux de transformation en logement.

Dans les 2 cas, les travaux devront être réalisés par une entreprise et leur coût devra représenter au moins 25 % du coût total de l’investissement.

 

Censi-Bouvard - Prorogation

Le dispositif Censi-Bouvard, arrivant à échéance le 31 décembre 2018 est prorogé pour 3 ans. Ainsi, la réduction continuera à être accordée au titre de l'acquisition, du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2021, de logements situés dans des résidences avec services pour personnes âgées, handicapées ou pour étudiants, destinés à une location meublée exercée à titre non professionnel.

 

Fiscalité des entreprises

La loi de finances prévoit quelques mesures à destination des entreprises dont :

-        s'agissant de la détermination des bénéfices :

  • déplafonnement de la déductibilité du salaire versé au conjoint collaborateur,
  • mise en place de nouveaux dispositifs de sur-amortissements fiscaux,
  • renforcement (bassins urbains à dynamiser -BUD-) ou création de dispositifs d'exonérations zonés (zones franches d'activité nouvelle génération -ZFANG pour les entreprises implantées dans les DOM- et zones de développement prioritaire -ZDP-).

-       assouplissement des modalités d'option pour l'IS, dont le caractère irrévocable, dissuadait nombre d'entrepreneurs de franchir le pas : l'option devient révocable pendant 5 exercices dès 2019 (même pour les options formulées antérieurement) ;

-        faciliter la transmission des entreprises :

  • simplification et renforcement du dispositif des pactes Dutreil,
  • extension du dispositif du crédit-vendeur permettant de payer de façon échelonnée l'imposition sur la plus-value de cession lorsque l'entrepreneur accorde à l'acquéreur de son entreprise des facilités de paiement.

Le taux normal de l'IS poursuit sa baisse jusqu'à atteindre l'objectif fixé de 25 % à partir de 2022.

 

Famille et transmission d'entreprise

La loi de finances prévoit un certain nombre de mesures visant à simplifier et à renforcer le dispositif Dutreil :

-        un associé peut désormais souscrire seul un pacte,

-        le pourcentage minimum de titres exigé pour pouvoir souscrire un engagement collectif est baissé,

-        les conditions pour que l'engagement collectif puisse être réputé acquis sont assouplies (concubins et holdings),

-      de nouveaux tempéraments sont apportés à l'obligation de principe de conserver les titres faisant l'objet d'un pacte (cession à un associé, échange de titres dans le cadre d'une OPE, apport à une holding)

-        les obligations déclaratives sont allégées.

Cette même loi  porte par ailleurs à 300 000 € le seuil au-delà duquel le taux d'exonération partielle prévu en faveur des biens ruraux loués à long terme et des parts de groupements fonciers (GAF et GFA) passe de 75 % à 50 %.

 

Crédit

La loi de finances a prévu plusieurs mesures relatives aux modalités d'application de l'éco-PTZ (prorogation jusqu'au 31 décembre 2021, suppression de la condition de bouquet de travaux, extension du dispositif à tous les logements achevés depuis plus de 2 ans...).

 

Environnement et produits bancaires

Le projet de loi relatif à la croissance et à la transformation des entreprises (PACTE) prévoit plusieurs mesures intéressant les PEA (principalement des assouplissements relatifs à la clôture du plan en fonction du délai de détention) et PEA-PME (augmentation du plafond de versement, ouverture de l'enveloppe aux titres émis dans le cadre du financement participatif, nouvelle définition des ETI comme sociétés émettrices). Le texte prévoit également la création prochaine d'un PEA jeune.

Par ailleurs, la loi de finances soumet, en cas de retrait ou de rachat anticipé sur un PEA à compter de 2019, les plus-values réalisées avant le 5ème anniversaire au prélèvement forfaitaire unique au taux de 12,8 % (ou sur option au barème de l'IR).

 

Impôt sur la fortune immobilière

La loi de finances ne contient, à part une mesure relative à la déduction des emprunts "in fine", aucune disposition de fond relative à l'impôt sur la fortune immobilière (IFI). La déclaration IFI  devra, sous cette réserve, être établie sur les mêmes bases que la déclaration précédente.

Plus values immo

La plus-value imposable s'obtient en appliquant à la plus-value brute des abattements par année de détention du bien cédé.

Abattements pour durée de détention

Durée de détention

Abattement annuel

Abattement cumulé

Détermination du montant imposable à l’impôt sur le revenu :

De 6 à 21 ans

6%

96%

Au terme de 22 ans

4%

100%

Détermination du montant imposable aux prélèvements sociaux :

De 6 à 21 ans

1.65%

26.40%

De 21 à 22 ans

1.60%

28%

De 23 à 30 ans

9%

100%

 

 

 Taxe spécifique pour les plus-values supérieures à 50 000 euros

 

Montant de la plus-value imposable (PV)

Taux d'imposition

De 50.001 à 60.000 euros

2 % PV - (60.000 - PV) x 1/20

De 60.001 à 100.000 euros

2,00%

De 100.001 à 110.000 euros

3 % PV - (110.000 - PV) x 1/10

De 110.001 à 150.000 euros

3,00%

De 150.001 à 160.000 euros

4 % PV - (160.000 - PV) x 15/100

De 160.001 à 200.000 euros

4,00%

De 200.001 à 210.000 euros

5 % PV - (210.000 - PV) x 20/100

De 210.001 à 250.000 euros

5,00%

De 250.001 à 260.000 euros

6 % PV - (260.000 - PV) x 25/100

Supérieur à 260.000 euros

6,00%

L'équipe Acs Finances

 

57, Boulevard des Alpes 38240 MEYLAN

04 76 44 06 26

 

114, Avenue Jean Jaurès 26600 TAIN L’HERMITAGE

04 75 07 11 68

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, dans le respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur, aux informations vous concernant.