ACS FINANCES Meylan & Tain l'Hermitage

ACS FINANCES vous propose un conseil personnalisé délivré par des conseillers en gestion du patrimoine, spécialisés et passionnés par leur métier, expérimentés, stables et disponibles pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets.

Conseils et suivi

Créé en 2005, ACS FINANCES met tout en œuvre pour vous apporter un conseil professionnel sur mesure. 

 

En savoir plus ...

Assurance vie

ACS FINANCES  vous propose un accès aux meilleurs contrats disponibles auprès d'un large choix de compagnies d'assurances.

En savoir plus ...

Valeurs Mobilieres

ACS FINANCES vous permet de bénéficier de l'accès à l'ensemble des valeurs mobilières sans frais supplémentaire.

En savoir plus ...

Defiscalisation

ACS FINANCES réalise l'analyse de votre situation fiscale et recherche une solution sur mesure. 

En savoir plus ...

Immobilier

Vous souhaitez investir dans l'immobilier, acquérir un bien neuf ou ancien ? ACS FINANCES vous accompagne dans votre recherche, et vous garantit un conseil professionnel.

En savoir plus ...

Financement

ACS FINANCES recherche le financement de votre investissement et vous accompagne à chaque étape de votre projet. 

En savoir plus ...

FLASH MARCHES SEMAINE 48

La semaine a été marquée par la réduction des risques liés à l’épidémie et à la politique. Les différents gouvernements semblent se mettre en ordre de bataille pour démarrer la campagne de vaccination dès les prochaines semaines. Aux Etats-Unis, la transition entre les deux administrations va pouvoir commencer et la composition du futur cabinet a beaucoup rassuré les marchés par son professionnalisme, en particulier la nomination de Janet Yellen. Ceci a conduit à une baisse générale de la volatilité sur les différentes classes d’actif et à une poursuite du rattrapage des sociétés les plus impactées par la pandémie. Ce regain d’espoir sur une reprise de l’économie en 2021 ne devrait pas se traduire immédiatement par une normalisation des taux d’intérêt et des conditions financières favorables. 


ACTIONS EUROPÉENNES

La publication des résultats de phase 3 du candidat-vaccin du groupe AstraZeneca lundi 23 novembre, avec une efficacité moyenne de 70%, n’a guère soutenu les marchés d’actions sur la journée, freinés par des indicateurs d’activité PMI européens décevants et par la volonté des pays européens de rouvrir seulement progressivement leurs économies. La validation rapide du plan de relance européen est dans ce contexte primordiale pour soutenir la croissance. Les investisseurs saluaient néanmoins le lendemain le début officiel de la transition politique aux Etats-Unis et se préparaient à un soutien monétaire additionnel de la BCE. Celle-ci a rappelé la nécessité d’assouplir davantage sa politique monétaire sans pour autant réserver de surprises. Les investisseurs se sont projetés sur l’après crise sanitaire, comme en atteste la nouvelle surperformance des secteurs pétrolier ou automobile. Les places boursières ont ensuite marqué le pas en raison de Thanksgiving, l’occasion pour certains investisseurs de prendre des profits sur les secteurs les plus performants ces dernières semaines. Certains secteurs cycliques sont en baisse pour le deuxième jour consécutif jeudi, à l’image de l’automobile ou des ressources de base, pénalisés également par les doutes autour du vaccin d’AstraZeneca. Néanmoins, la sous-performance reste relativement contenue par rapport à la progression importante enregistrée depuis les annonces médicales. 


ACTIONS AMÉRICAINES

Les marchés américains ont clôturé cette semaine écourtés par Thanksgiving en territoire positif avec +1.47% pour le Dow Jones, +1.73% pour le S&P500 et +2.48% pour le Nasdaq. La semaine s’est illustrée par la poursuite de la rotation sectorielle, mais avec néanmoins quelques journées de respiration au cours desquelles les valeurs de croissance et qualité ont repris des gains. Le Dow Jones a également profité du début de semaine pour finir pour la première fois au-dessus des 30,000 points, dopé par le début de la transition politique aux USA et les développements positifs sur le front de la crise sanitaire (même si les chiffres de nouveaux cas restent inquiétants). Le président élu Joe Biden a présenté officiellement les six premières personnalités qui formeront son équipe gouvernementale après le 20 janvier. Cette première salve de nominations comprend plusieurs personnalités chevronnées ayant servi sous Barack Obama, comme Antony Blinken, futur chef de la diplomatie. La probable nomination de Janet Yellen au Trésor a été très bien perçue par les marchés, éloignant le spectre d’une lourde remontée de la fiscalité. Les nombreuses données macro-économiques publiées mercredi n’ont pas permis d’identifier de tendances claires. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont progressé pour la deuxième semaine consécutive alors que le déficit commercial s’est détérioré et que les revenus des ménages ont reculé au mois d’octobre. A l’inverse, les commandes de biens durables ont enregistré un rebond plus fort que prévu et une révision à la hausse sur le mois précédent. Les cours du baril baissent à 44$ en amont de la réunion de l’OPEC+ la semaine prochaine. Des désaccords apparaissent entre certains membres sur le maintien des quotas alors que la Libye continue d’augmenter sa production domestique. Le cocktail d'anticorps Regeneron a reçu une autorisation d'utilisation d'urgence de la FDA. HP a progressé après des résultats meilleurs que prévu au quatrième trimestre de son exercice décalé. 


ACTIONS JAPONAISES

L’indice Nikkei 225 de la Bourse de Tokyo a atteint un nouveau plus haut sur 29 ans et demi dans un contexte marqué par la liquidité abondante du marché, à la faveur des progrès réalisés dans le développement d’un vaccin contre la Covid-19 et de l’ouverture de la période de transition aux États-Unis. Le Nikkei 225 et le TOPIX ont progressé de 3,96% et 2,94% respectivement, sur fond de regain d’appétit pour le risque, tirés par les gains affichés par certains titres des secteurs des semi-conducteurs et de la technologie. Le TOPIX Growth (+4,03%) l’a emporté sur le TOPIX Value durant la semaine. En novembre, le marché actions japonais a fait l’objet d’importantes entrées de capitaux de la part d’investisseurs étrangers. Au cours de la première quinzaine du mois, leur volume d’achats nets (y compris de contrats futures) a dépassé 2 300 milliards de yens. La bonne nouvelle pour l’économie japonaise concerne le redressement des exportations. En effet, celles-ci se sont inscrites en hausse pour rebondir à un niveau supérieur à celui affiché avant la pandémie de Covid-19. Les exportations vers l’Asie hors Chine, première cliente du pays du Soleil-Levant, ont nettement progressé en octobre, grâce aux commandes de machines et d’appareils électriques, pour s’établir à un niveau semblable au record mensuel historique atteint en janvier 2018. Pour les exportations vers la Chine, les secteurs de l’automobile, des machines et des appareils électriques ont compté parmi les principaux contributeurs. Le marché actions japonais étant considéré comme sensible à l’économie mondiale, cela devrait lui être favorable par rapport aux autres places boursières internationales. 


MARCHES EMERGENTS

Les marchés émergents se sont inscrits en hausse de 1,69% au cours de la semaine – à l’aune de l’indice MSCI Emerging Markets – (cours de jeudi à la clôture), mais ont légèrement sous-performé les marchés développés. Le Brésil a signé la meilleure performance régionale, progressant de 5,03%, tandis que l’Asie-Pacifique, et en particulier la Chine, est restée à la traîne. Xi Jinping a officiellement félicité Joe Biden pour sa victoire à l’élection présidentielle américaine et a déclaré que les deux plus grandes puissances économiques mondiales devaient « éviter tout conflit ou affrontement » et s’en tenir à un esprit de coopération. 

La Chine et le Japon ont signé un nouvel accord visant à relancer les voyages d’affaires entre les deux pays d’ici la fin novembre, la situation sanitaire liée à la Covid-19 y étant relativement bien maîtrisée. China National Biotec Group a déposé une demande pour commercialiser son vaccin contre le Covid-19, lequel repose sur une approche traditionnelle qui utilise une version inactive du virus pour stimuler la réponse immunitaire. Dans un effort visant à limiter l’endettement de son marché financier, la Commission nationale pour le développement et la réforme surveille Evergrande et son investissement dans un projet de véhicules à énergie nouvelle. Par ailleurs, les médias d’État ont réaffirmé que la Chine ne prévoyait pas d’augmenter prochainement ses taux d’intérêt, alors qu’elle abandonne progressivement ses mesures de relance compte tenu du redressement généralisé de l’activité économique. Dans le secteur des véhicules électriques, BMW a commencé à exporter vers l’Europe son modèle iX3 fabriqué en Chine, tandis que la société sud-coréenne LG Chem a été confirmée par Tesla comme l’unique fournisseur de batteries pour son Model Y qui sera fabriqué dans son usine Giga Shanghai à partir de 2021. 

À Taïwan, les exportations ont augmenté de 3,1% sur un mois et de 9,1% sur un an en octobre, signant ainsi leur huitième hausse mensuelle consécutive depuis le début de la pandémie de Covid-19. TSMC prévoirait d’accroître ses capacités en Chine continentale en raison des craintes de ses clients quant aux restrictions imposées par le gouvernement américain à l’égard de SMIC. Selon des sources du secteur, Intel aurait déjà commencé à sous-traiter la fabrication de ses puces auprès de TSMC. 

En Inde, un comité de la Reserve Bank of India a publié ses recommandations quant aux licences bancaires, à l’actionnariat et à la structure de capital des entreprises. La RBI encourage notamment les grandes sociétés financières à se convertir en banques. Cela devrait ainsi leur permettre de bénéficier d’un financement plus stable, mais également d’un cadre réglementaire et de supervision renforcé.

Au Brésil, l’indice des prix à la consommation s’est établi à un niveau supérieur aux attentes lors de la première quinzaine de novembre, à 0,81% contre des prévisions de 0,72%, à la faveur de l’inflation des prix de l’alimentation. 395 000 emplois ont été créés en octobre, un chiffre supérieur aux estimations du marché (+220 000 postes). Mercado Libre et Magazine Luiza ont indiqué que les ventes en ligne avaient continué d’augmenter au quatrième trimestre avec la réouverture de l’économie. 



Loi de finances

 

Le prélèvement à la source est entré en vigueur le 2 janvier 2019 pour 20 millions de contribuables. Avec dès le 15 janvier :

-        Le prélèvement des acomptes pour 5 millions de foyers fiscaux déclarant des revenus non-salariés (BIC, BNC, BA...) et sur tous les autres revenus sans tiers collecteurs : revenus fonciers, pensions alimentaires, rentes viagères ou encore revenus de source étrangère (domiciliation en France ou non), rémunérations des gérants...

-        Le versement, à 8,8 millions de foyers, d'une avance de 60 % sur les réductions et crédit d'impôt (au titre des dons, de l'emploi d’un salarié à domicile, des frais de garde d'enfants, des frais d’hébergement en Ehpad, des dépenses d’investissement locatif Duflot, Pinel, Scellier, DOM, Censi-Bouvard et des cotisations syndicales) dont ils ont bénéficié.

Chaque contribuable peut d'ores et déjà "gérer" son prélèvement à la source via son espace particulier et ainsi opter (ou renoncer) à l'application d'un taux individualisé ou neutre et consulter le montant des acomptes et retenues prélevés.

 

Loi d'urgence économiques et sociales (ou en faveur du pouvoir d'achat) comporte :

Prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, les employeurs peuvent verser une prime dans la limite de 1 000 € par salarié dont la rémunération n'excède pas 3 SMIC annuels,

 

Revenus mobiliers et plus-values mobilières

Les revenus de capitaux mobiliers perçus et les gains imposables dans la catégorie des plus-values de cessions valeurs mobilières réalisés depuis le 1er janvier 2018 ne sont plus soumis de plein droit au barème progressif de l'IR mais au prélèvement forfaitaire unique (imposition au taux forfaitaire de 12,8 % et prélèvement sociaux de 17,2 %, soit un taux global de 30 %), sauf option pour le barème de l'IR (option globale pour les plus-values et revenus de capitaux mobiliers).

Ce système forfaitaire d'imposition à taux de 30% comporte néanmoins un certain nombre d'inconvénients (non déductibilité de la CSG, non prise en compte des abattements d'assiette comme par exemple celui de 40 % sur les dividendes, ou les abattements pour durée de détention pour les plus-values).

 

Extension de la réduction d'impôt Pinel

Les investissements réalisés depuis le 1er janvier 2018 dans les communes dont le territoire est couvert par un contrat de redynamisation de site de défense (CRSD) sont éligibles au dispositif Pinel. La loi de finances étend ce dispositif aux communes qui ne sont plus sous CRSD, mais qui l'ont été à un moment quelconque au cours des 8 années précédant l'investissement.

 

Dispositif Denormandie - Rénovation en centre-ville

D’autre part, la réduction d’impôt est aménagée afin d’inciter les investissements dans les centres-villes. Un nouveau volet, soumis au respect des conditions classiques du dispositif, sans considération du zonage A à C, est ainsi mis en place pour les logements situés dans le centre des communes dont le besoin de réhabilitation de l’habitat en centre-ville est particulièrement marqué ou dans des communes signataires d’une convention d’opération de revitalisation rurale de territoire.

Seront éligibles au dispositif, les acquisitions, réalisées entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2021 :

-        de logements faisant ou ayant fait l’objet de travaux de rénovation ;

-     de locaux affectés à un usage autre que l’habitation faisant ou ayant fait l’objet de travaux de transformation en logement.

Dans les 2 cas, les travaux devront être réalisés par une entreprise et leur coût devra représenter au moins 25 % du coût total de l’investissement.

 

Censi-Bouvard - Prorogation

Le dispositif Censi-Bouvard, arrivant à échéance le 31 décembre 2018 est prorogé pour 3 ans. Ainsi, la réduction continuera à être accordée au titre de l'acquisition, du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2021, de logements situés dans des résidences avec services pour personnes âgées, handicapées ou pour étudiants, destinés à une location meublée exercée à titre non professionnel.

 

Fiscalité des entreprises

La loi de finances prévoit quelques mesures à destination des entreprises dont :

-        s'agissant de la détermination des bénéfices :

  • déplafonnement de la déductibilité du salaire versé au conjoint collaborateur,
  • mise en place de nouveaux dispositifs de sur-amortissements fiscaux,
  • renforcement (bassins urbains à dynamiser -BUD-) ou création de dispositifs d'exonérations zonés (zones franches d'activité nouvelle génération -ZFANG pour les entreprises implantées dans les DOM- et zones de développement prioritaire -ZDP-).

-       assouplissement des modalités d'option pour l'IS, dont le caractère irrévocable, dissuadait nombre d'entrepreneurs de franchir le pas : l'option devient révocable pendant 5 exercices dès 2019 (même pour les options formulées antérieurement) ;

-        faciliter la transmission des entreprises :

  • simplification et renforcement du dispositif des pactes Dutreil,
  • extension du dispositif du crédit-vendeur permettant de payer de façon échelonnée l'imposition sur la plus-value de cession lorsque l'entrepreneur accorde à l'acquéreur de son entreprise des facilités de paiement.

Le taux normal de l'IS poursuit sa baisse jusqu'à atteindre l'objectif fixé de 25 % à partir de 2022.

 

Famille et transmission d'entreprise

La loi de finances prévoit un certain nombre de mesures visant à simplifier et à renforcer le dispositif Dutreil :

-        un associé peut désormais souscrire seul un pacte,

-        le pourcentage minimum de titres exigé pour pouvoir souscrire un engagement collectif est baissé,

-        les conditions pour que l'engagement collectif puisse être réputé acquis sont assouplies (concubins et holdings),

-      de nouveaux tempéraments sont apportés à l'obligation de principe de conserver les titres faisant l'objet d'un pacte (cession à un associé, échange de titres dans le cadre d'une OPE, apport à une holding)

-        les obligations déclaratives sont allégées.

Cette même loi  porte par ailleurs à 300 000 € le seuil au-delà duquel le taux d'exonération partielle prévu en faveur des biens ruraux loués à long terme et des parts de groupements fonciers (GAF et GFA) passe de 75 % à 50 %.

 

Crédit

La loi de finances a prévu plusieurs mesures relatives aux modalités d'application de l'éco-PTZ (prorogation jusqu'au 31 décembre 2021, suppression de la condition de bouquet de travaux, extension du dispositif à tous les logements achevés depuis plus de 2 ans...).

 

Environnement et produits bancaires

Le projet de loi relatif à la croissance et à la transformation des entreprises (PACTE) prévoit plusieurs mesures intéressant les PEA (principalement des assouplissements relatifs à la clôture du plan en fonction du délai de détention) et PEA-PME (augmentation du plafond de versement, ouverture de l'enveloppe aux titres émis dans le cadre du financement participatif, nouvelle définition des ETI comme sociétés émettrices). Le texte prévoit également la création prochaine d'un PEA jeune.

Par ailleurs, la loi de finances soumet, en cas de retrait ou de rachat anticipé sur un PEA à compter de 2019, les plus-values réalisées avant le 5ème anniversaire au prélèvement forfaitaire unique au taux de 12,8 % (ou sur option au barème de l'IR).

 

Impôt sur la fortune immobilière

La loi de finances ne contient, à part une mesure relative à la déduction des emprunts "in fine", aucune disposition de fond relative à l'impôt sur la fortune immobilière (IFI). La déclaration IFI  devra, sous cette réserve, être établie sur les mêmes bases que la déclaration précédente.

Plus values immo

La plus-value imposable s'obtient en appliquant à la plus-value brute des abattements par année de détention du bien cédé.

Abattements pour durée de détention

Durée de détention

Abattement annuel

Abattement cumulé

Détermination du montant imposable à l’impôt sur le revenu :

De 6 à 21 ans

6%

96%

Au terme de 22 ans

4%

100%

Détermination du montant imposable aux prélèvements sociaux :

De 6 à 21 ans

1.65%

26.40%

De 21 à 22 ans

1.60%

28%

De 23 à 30 ans

9%

100%

 

 

 Taxe spécifique pour les plus-values supérieures à 50 000 euros

 

Montant de la plus-value imposable (PV)

Taux d'imposition

De 50.001 à 60.000 euros

2 % PV - (60.000 - PV) x 1/20

De 60.001 à 100.000 euros

2,00%

De 100.001 à 110.000 euros

3 % PV - (110.000 - PV) x 1/10

De 110.001 à 150.000 euros

3,00%

De 150.001 à 160.000 euros

4 % PV - (160.000 - PV) x 15/100

De 160.001 à 200.000 euros

4,00%

De 200.001 à 210.000 euros

5 % PV - (210.000 - PV) x 20/100

De 210.001 à 250.000 euros

5,00%

De 250.001 à 260.000 euros

6 % PV - (260.000 - PV) x 25/100

Supérieur à 260.000 euros

6,00%

L'équipe Acs Finances

 

57, Boulevard des Alpes 38240 MEYLAN

04 76 44 06 26

 

114, Avenue Jean Jaurès 26600 TAIN L’HERMITAGE

04 75 07 11 68

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, dans le respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur, aux informations vous concernant.