SEMAINE 3

La semaine a été marquée par la signature tant attendue du premier accord commercial sino-américain. Cela n’a pas donné lieu à des mouvements majeurs sur les marchés faute de surprise marquante. Les actions des pays émergents nous paraissent pouvoir profiter de cet environnement mondial.


ACTIONS EUROPÉENNES

Belle semaine pour les actions européennes qui s’adjugent 1%, aidées par la signature de la Phase 1 de l’accord entre la Chine et les Etats-Unis. Sur le front des valeurs, on retiendra Airbus, qui bénéficie toujours d’un excellent momentum commercial, avec cette semaine l’annonce d’une commande de 40 A321Neo par China Aircraft Leasing. L’OPRA de Xavier Niel sur une partie du capital d’Iliad a pris fin cette semaine. L’offre a été intégralement souscrite, portant ainsi la participation de son fondateur à 72%. Le titre est en hausse de +4% au cours de la semaine. De son côté, le groupe suisse Richemont a annoncé une progression de ses ventes trimestrielles de 4%, avec une excellente performance de la Chine et de la Corée, faisant plus que compenser la faiblesse subie à Hong-Kong. Le marché a salué ces chiffres, le cours s’appréciant de 6%. HelloFresh s’est également distinguée positivement. Le cours du spécialiste des livraisons d’aliments à domicile s’est envolé de 15% après la publication de ventes annuelles en hausse de 36% et un doublement de la guidance de marge. Bonnes nouvelles également du côté de Rio Tinto : le management a rassuré sur sa dynamique de production en Australie, confirmant qu’il avait résolu les difficultés opérationnelles ayant impacté sa production de minerai de fer cette année. Parmi les valeurs françaises, Alstom a publié des chiffres qui témoignent d’une bonne dynamique commerciale (prise de commandes de 3.6 Mds€ sur le dernier trimestre). EDMOND DE ROTHSCHILD 2/5 A fin décembre, le carnet de commandes atteint un nouveau record historique de à 43 Mds€ (soit l’équivalent de cinq années de chiffre d’affaires). Le marché ferroviaire reste bien orienté, en partie porté par les préoccupations environnementales. Enfin, les premières répercussions négatives des grèves en France au cours du mois de décembre se font ressentir notamment au sein du secteur de la distribution, avec cette semaine les avertissements sur résultats de FNAC Darty et de Casino, qui estiment le manque à gagner à respectivement 70 M€ et 80 M€ en termes de perte de chiffre d’affaires.


ACTIONS AMÉRICAINES

Cette semaine, les indices américains affichent une nouvelle hausse et enregistrent de nouveaux records : +1.1% pour le S&P500 à 3300 et +1.5% pour le Nasdaq. Les événements géopolitiques au Moyen-Orient n’ont pas impacté l’évolution des indices. Les banques américaines ont ouvert le bal des résultats du quatrième trimestre avec de très bonnes surprises. Au-delà des résultats liés au trading, leur analyse montre également la très bonne tenue des dépenses sur les cartes de crédit. La consommation est également soutenue par la poursuite de l’amélioration du taux de participation à l’emploi aux USA et ailleurs dans le monde. D’autres signaux positifs pour l’économie américaine ressortent des bons chiffres publiés par Delta Airlines (+7,7% pour les vols domestiques) et des dépenses élevées des entreprises en publicité. Ceci est de nature à rassurer les investisseurs qui vont cette année particulièrement scruter les résultats des entreprises après une année 2019 essentiellement marquée par le soutien des banques centrales et l’expansion des multiples. Au cours des deux premières semaines de l’année, le leadership du marché est clairement à retrouver du côté des valeurs Croissance/défensives. Après quasiment 50% de hausse en 2019, la technologie progresse de +5% %. Du côté des valeurs défensives, les utilities progressent de plus de 3%. A contrario, les valeurs Value sont à nouveau à la peine cette semaine, avec l’énergie à -1% et les financières stables malgré de bons résultats trimestriels. Du côté des entreprises, les banques américaines ont publié des résultats en forte progression, soutenus par le crédit à la consommation mais aussi par des comparaisons faciles avec l’année dernière dans la banque d’investissement. En effet, les activités de trading et de fixed income ont pour la plupart des banques surpris à la hausse.


ACTIONS JAPONAISES

Les actions japonaises se sont légèrement repliées suite à la signature de l’accord commercial de « phase 1 » entre Washington et Pékin et à l’apaisement des fortes tensions entre les États-Unis et l’Iran. L’indice TOPIX a reculé de 0.37% durant la semaine. Les secteurs du fer et de l’acier ainsi que des produits pharmaceutiques ont surperformé le marché, tandis que l’industrie minière et les produits du pétrole et du charbon ont nettement sous-performé. Le producteur de pétrole et de gaz Inpex a vu son titre baisser sur fond de correction des prix du pétrole. Si le rebond des commandes de machines du secteur privé a constitué une bonne nouvelle (+18% sur un mois en novembre, après correction des variations saisonnières), son impact sur les cours boursiers du secteur des machines est resté limité. Le nombre de touristes se rendant au Japon a atteint un niveau record en 2019 (31,88 millions de personnes), mais aurait pu être plus élevé compte tenu de la forte baisse du nombre de touristes sud-coréens, en raison de la détérioration des relations entre les deux pays.


MARCHES ÉMERGENTS

Les marchés émergents ont progressé de 0,2% cette semaine (cours de jeudi à la clôture), après que les États-Unis et la Chine ont officiellement signé un accord commercial de « phase 1 ». Washington a ratifié un accord commercial avec Pékin. La Chine s’est ainsi engagée à prendre des mesures visant à améliorer la protection de la propriété intellectuelle, mais aussi à acheter pour 200 milliards de dollars de produits et de services américains afin de réduire le déséquilibre commercial avec les États-Unis. Ces derniers diminueront également certaines des taxes douanières qui ont été instaurées depuis un an et demi. Par ailleurs, avant la signature de l’accord, Washington a décidé de ne plus qualifier la Chine d’État manipulateur de devises. La croissance du PIB chinois s’est inscrite en hausse de 6% en glissement annuel au quatrième trimestre 2019, pour atteindre 6.1% sur l’année. Les exportations ont dépassé les attentes en décembre (+7.6% sur un an), notamment vers l’Europe et l’Asie hors Japon, à l’instar des importations qui ont progressé de 16.3% en glissement annuel. Les ventes de véhicules de tourisme ont reculé de 0.9% sur un an en décembre, mais ont augmenté de 7.6% par rapport au mois de novembre. Elles se sont inscrites en baisse de 9.6% en glissement annuel au cours de l’année 2019. À Taïwan, la présidente Tsai Ing-wen a été réélue avec plus de 57% des suffrages. En Inde, la production industrielle a progressé de 1.8% en novembre après s’être repliée de 3.8% en octobre. L’inflation s’est inscrite en hausse à 7.4% sur un an en décembre, sur fond de hausse des prix des produits alimentaires. La Cour suprême a rejeté l’appel des opérateurs de télécommunications de revoir le verdict qu’elle avait prononcé en octobre à l’égard des redevances passées, et Bharti Airtel et Vodafone Idea devront ainsi s’acquitter de trois et quatre milliards de dollars avant le 24 janvier. Au Brésil, les ventes au détail se sont inscrites largement en deçà des attentes en novembre (-0.6% sur un mois, contre des estimations de +0.5%). Les chiffres sur l’inflation ont été légèrement supérieurs aux prévisions en décembre en raison de la hausse des prix des produits alimentaires et des tarifs réglementés. Au Mexique, le Sénat a approuvé l’AEUMC (le traité ayant remplacé l’ALENA), dopant ainsi le sentiment des investisseurs à l’égard du pays. En Argentine, le président Alberto Fernández a confirmé le refus du gouvernement de rembourser la dette de la province de Buenos Aires. Celle-ci a demandé à ses créanciers d’accepter le report jusqu’au 1er mai du paiement de 250 millions de dollars, lequel était initialement prévu le 26 janvier. L’attention est désormais tournée vers les négociations avec le FMI, qui devraient débuter en février ou en mars.